Ne laissons pas la droite dénaturer la Maison du Peuple, symbolique de l'identité clichoise

Publié le par Gilles CATOIRE

Complément à mon avis lors de l’enquête publique de modification  n° 5 , mis en ligne le 1er mai 2018 sous le n° 59 concernant la Maison du Peuple.

Gilles CATOIRE

La Maison du peuple construite par E. Lods sur les plans de Jean Prouvé ,a été à ma demande classée Monument Historique par le gouvernement de Pierre Mauroy en raison de son caractère précurseur  par l’utilisation du fer dans la construction d’un bâtiment. Elle est citée en référence dans la plupart des ouvrages d’histoire de l’urbanisme du monde entier comme le rappelle DomocoFrance dans sa note de Janvier .

Il convient de rappeler que c’est le gouvernement Balladur en 1995 qui fait voter une loi permettant aux communes de se voir transférer la compétence de maîtrise d’ouvrage sur les monuments historiques. A cette époque parce que nous ne voulions pas endetter la ville avec deux projets très lourds, nous avions le choix entre le Pavillon Vendôme et la Maison du Peuple. L’opposition municipale s’est exprimée fortement pour le choix en priorité du Pavillon Vendôme, en nous proposant de faire bénéficier ce projet de la réserve parlementaire du député Olivier de Chazeaux  , ce que nous avons fait car cela correspondait au souhait des clichois  . La droite avait même inscrit la démolition de la Maison du Peuple dans son programme. Messieurs Balkany et Schuller avaient à l’époque écrit au ministre de la Culture Jacques Toubon pour exiger cette démolition .Celui-ci y avait mis son véto.

En 2008 j’ai élargi au patrimoine les délégations de maire adjoint à la culture, confiée à Mireille Gitton ; celle-ci s’est ainsi vu, à sa demande, confier le dossier de la rénovation de la Maison du Peuple, et un concours d’architecte a été lancé en 2011.

Dans le même temps le diagnostic de présence d’amiante, rendu nécessaire par une nouvelle loi sur tous les bâtiments communaux a  heurté de plein fouet, cette initiative. Nous craignions d’avoir plusieurs bâtiments amiantés, le bureau d’étude spécialisé n’en a retenu qu’un seul, la Maison du Peuple, et de façon très lourde : cela concernait le plafond supérieur et les façades, ainsi que les salles annexes. Le plafond du marché couvert était, lui, hors de cause.

La direction du Patrimoine du  Ministère de la Culture nous a demandé de suspendre le concours d’architecte et a fait du désamiantage un préalable à tout nouveau projet, ma responsabilité pénale de maire pouvait être engagée si   je n’entreprenais rien, le problème étant connu.

Nous avons du lancer des programmes lourds de désamiantage à deux reprises, qui n’ont pas abouti à une garantie totale de disparition de l’amiante. Mon départ en juin 2015 ne nous a pas permis de poursuivre. Et si mon successeur m’avait reçu pour une passation de pouvoir cela aurait figuré sur la liste des dossiers sensibles sur lesquels j’aurais souhaité l’alerter.

C’est pourquoi il me paraît très grave que la Mission Régionale d’Autorité Environnementale   d’Ile de France ait ignoré cette situation, en dispensant la modification n° 5 du PLU de la réalisation d’une évaluation environnementale. Cela constitue en soit un sérieux motif de recours.IL est difficile d’admettre que de monter les hauteurs à 99 mètres n’aurait aucun impact en matière d’environnement, ,e serait ce qu’avec l’ombre portée sur les immeubles riverains.

En 2014 la même Mission avait exigé de la Ville qu’une telle évaluation soit réalisée pour l’enquête publique de réalisation d’un seul bâtiment, celui du chauffage urbain au bois.

Mon équipe municipale avait déjà avancé l’idée que la Maison du Peuple soit prise en compte dans les projets du Grand Paris, comme le montre la maquette présentée dans l’exposition organisée au Palais de Chaillot.

Mais l’on pouvait imaginer un cahier des charges respectant le monument historique et ce qu’il représente pour  les clichois  qui se souviennent des missions qu’elle remplissait comme salle de spectacle ,galas sportifs notamment de boxe, ou comme lieu de congrès. C’est la fonction qu’elle devrait retrouver car elle manque aux clichois, tout en adaptant les locaux annexes aux nouvelles technologies.

Ce lieu n’est pas le plus approprié pour y construire une tour de grande hauteur qui nuirait à la qualité de vie du voisinage.

Aucune réunion publique n’a été prévue lors de cette enquête publique pour recueillir les avis des riverains qui ont tous fait des efforts pour réhabiliter leurs immeubles.Aucun courrier ne leur a été adressé.Ils ont découvert le projet retrenu dans la presse.

Je demande donc le maintien de ce périmètre dans la hauteur prévue par le PLU non modifié et le lancement d’une nouvelle étude prenant en compte les souhaits des clichois.

Rien ne prouve que les fondations du bâtiment supporteraient une telle tour et on peut craindre qu’une 6ème modification propose la démolition pure et simple de la Maison du Peuple, comme la droite le souhaite toujours  à Clichy, l’expression même de « Maison du Peuple » lui semblait un gros mot, selon l’expression de Pierre Mauroy.

Lancer des chantiers sans procéder à un nouveau diagnostic d’amiante pourrait mettre en cause la santé des ouvriers présents, c’est pourquoi je clôturerais cette observation en informant le commissaire de ma décision de saisir le Procureur de la République au titre de l’article 40du code de procédure pénale, de la décision de la Mission Régionale d’Autorité Environnementale de dispenser la modification n° 5 du PLU d’une évaluation environnementale en raison du risque d’amiante dans ce bâtiment.

 

 

  

                                                                                                                                                                                    

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article